Animaux de compagnie et séniors : des bienfaits avérés !

S’occuper d’un animal, qu’il s’agisse d’un chat, d’un chien, d’un couple de perruches ou d’un lapin, est bienfaisant pour tout le monde, petits et grands. Mais pour les séniors, la présence d’un animal de compagnie à leurs côtés va bien plus loin. À poils ou à plumes, ces amis du quotidien se révèlent être réellement bénéfiques pour la santé des personnes âgées, tant sur le plan physique que sur le plan psychologique. Petit zoom sur les bienfaits avérés des animaux de compagnie pour les séniors.

Vaincre l’isolement grâce à une boule de poils

Après un certain âge, le sénior doit passer le cap de plusieurs deuils qui se suivent : celui de la retraite, celui du départ des enfants, celui, peut-être, de la perte du conjoint. S’il est une grande difficulté dans la vie des personnes âgées, c’est bien celle de l’isolement. Et malheureusement, il n’est pas rare que cette solitude forcée devienne le terreau de symptômes dépressifs. Loin d’être dérisoire par rapport à un manque familial ou un vide social, la présence aussi affectueuse que joueuse d’un animal de compagnie permettra au sénior de sortir de son sentiment d’isolement. Il le réconfortera, le divertira, mais lui donnera aussi l’occasion de raconter des anecdotes à ses enfants quand ils viendront déjeuner, et ainsi de retrouver une place qu’il avait peut-être l’impression d’avoir perdue au sein des discussions.

Entretenir un sentiment d’utilité en s’occupant de son compagnon à 4 pattes

Après la solitude, l’impression de ne plus servir à rien est l’autre gros poids moral que supportent les personnes âgées. Or, se sentir responsable est essentiel pour continuer à garder un certain rythme dans ses journées, mais également pour entretenir une bonne estime de soi. Devoir sortir son animal, l’emmener chez le vétérinaire, lui donner à manger et à boire, être attentif à son état de santé, autant de gestes et d’intentions réalisés pour le bien-être et le confort de Médor ou de Félix, mais qui, en réalité, vont tellement plus loin puisqu’ils deviennent tout simplement une raison d’être pour le sénior, une raison de se lever le matin. Un but moteur qui, tristement, vient souvent à manquer avec le temps qui passe.

Continuer à bouger et rester en bonne santé

Évidemment, c’est un peu moins vrai pour les oiseaux et les rongeurs, mais avoir un animal de compagnie demande un peu d’énergie. Il faut le sortir plusieurs fois par jour, ranger son désordre parfois, et jouer avec lui ! Indéniablement, chats et chiens sont des alliés parfaits pour lutter contre l’extrême sédentarité qui menace les séniors. Et l’on sait combien aujourd’hui cette inactivité physique est néfaste sur la santé, en favorisant largement, par exemple, les douleurs articulaires envahissantes et les maladies cardio-vasculaires.

Prendre soin de son cerveau en adoptant un animal de compagnie

Il est un fait qui est posé : un animal de compagnie impose un rythme de vie et une routine qui sert de point de repère au sénior et qui stimule l’activité de son cerveau. Car le simple fait de devoir le nourrir oblige la personne âgée à s’en souvenir, et donc à travailler sa mémoire. Cela peut paraître un peu léger, mais en réalité c’est loin de l’être. En restant connecté à la vie réelle grâce à son animal, le sénior entretient concrètement ses facultés cognitives et se prémunit efficacement contre les maladies dégénératives type Alzheimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *